User:
Mot de passe:

| Register | Lost password?

avril 2018
L M M J V S D
« Avr    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

Articles avec le tag ‘franco-chinoise’

Histoire du terrain

HISTORIQUE DU TERRAIN

22  RUE DESIRE BARQUISSEAU


DE SON ORIGINE en 1945

…A LA CREATION DU PANTHERES CLUB en 1966

 

L’origine du terrain situé au N° 22 rue Désiré BARQUISSEAU à Saint Pierre, remonte à 1942, au temps où l’île de la Réunion était encore colonie française. En ce temps là, l’enseignement du chinois se faisait dans un local en location rue des bons enfants. Cet épisode est lié à l’histoire de la Réunion qui a vu l’immigration des chinois dans l’île pour fuir l’invasion des japonais et l’arrivée des communistes pendant la deuxième guerre mondiale.

S’apercevant à cette période de trouble, que la plupart des enfants d’origine chinoise ne pouvaient pas retourner en Chine pour y recevoir une éducation                    «  chinoise », M THIA SONG FAT  père avec l’aide de M TSE FAT YUEN  père, lève une souscription auprès des commerçants chinois « hakkas » du sud de l’île afin de permettre l’acquisition d’une maison créole en bois, entourée d’une grande cour, qui servirait de local d’enseignement du chinois et du français, et resterait un bien de la communauté.

La souscription a permis de recueillir la somme d’environ 50 000 Francs CFA de l’époque. Parmi les commerçants donateurs les plus connus, on peut citer  Mrs

  • CHANE-WET
  • SUI-SENG
  • AH-KOON
  • LEONG CHONG
  • THIEN KING SIEN
  • THIA SOUI CHONG…

(Portail du bâtiment en 1945)

C’est le 22 juin 1945, par devant Maître Paul GALLIOT que fut acheté le terrain rue RODIER, autrefois N° 19, aujourd’hui N° 22 rue Désiré BARQUISSEAU, à Saint Pierre, sur lequel se trouvaient une maison en bois à étage, une petite dépendance, et une cuisine à l’arrière, appartenant alors à M René PONCIE.

Cette acquisition a pu être réalisée grâce à l’autorisation accordée par le gouverneur de la colonie le 19 mai 1945, à M THIA SONG FAT ( citoyen français depuis 1938 ). Evalué alors à 160 000 FCFA de l’époque,  M THIA SONG FAT ( père ) compléta la somme manquante à la signature de l’acte. Pour permettre à toute la communauté chinoise de bénéficier de cette acquisition, le terrain fut acté au nom de la Chambre de Commerce Chinoise dont M THIA SONG FAT était alors le président.

Depuis l’acquisition du terrain en 1945, l’école franco chinoise jusqu’à sa fermeture en 1956 a été gérée par M SUI SENG. Ci-dessous, la liste des professeurs de chinois qui y ont enseigné.


Le français a été enseigné successivement par Mme FRANCÔME Renée, Mme LEVENEUR Thérèse, Mme BAILLIF Josette et Mme FONTAINE Christiane. Constatant que l’inspecteur académique de cette période était « émerveillé » par la vitesse de calculs avec le boulier, l’école lui en offrit un en guise de cadeau !


Six écoles franco-chinoises furent ainsi créées à la Réunion : Saint Denis, Saint Pierre, Saint Paul, Saint André, Saint Louis et le Tampon.


A l’initiative d’un groupe d’élèves de l’école franco-chinoise de Saint Pierre et de M CHANE WET la première équipe de basket-ball de la Réunion fut créée l’année suivante à Saint Pierre, en 1946. Les joueurs de cette première équipe appelée « ZHONG ZHUN » étaient :

  • Germain CHANE PANE
  • Benoît SIMJEE
  • Auguste THIA SOUI TCHONG
  • Ah Vy CHANE SONE
  • Antoine et Joseph LEONG CHONG
  • Raphaël SIN LEE SOU
  • Raymond THIA SONG FAT


Deux autres équipes issues des écoles franco-chinoises de Saint Louis et du Tampon furent constituées ( Debout les joueurs de Saint Louis, accroupis ceux du Tampon ) ; un premier tournoi triangulaire fut organisé en 1946 pour célébrer la départementalisation de la Réunion, sur l’esplanade du Boulevard Delisle, situé à l’époque en face de l’actuel hôtel « Sterne ».

Sport introduit par la communauté chinoise, sa pratique au sein des écoles franco-chinoises a permis son développement à la Réunion.


En 1948, M CHANE WET devient le premier président de l’équipe de basket de Saint Pierre. A son initiative, un mini championnat fut organisé entre les trois équipes du sud, et en 1952, une sélection de la Réunion fut constituée pour faire une tournée à l’île Maurice.


Cette sélection composée en majorité de joueurs de Saint Pierre se nommait « WANG FOUNG » c’est à dire les « cyclones » de la Réunion. Elle fit une tournée triomphale avec 3 matchs vainqueurs en battant notamment les champions de l’île sœur, les « Dragons », et 1e match perdu contre les fameux « Dodos » qui comptaient dans leur rang, 2 joueurs de plus de 1,90 m.

 

En 1949, une nouvelle souscription faite auprès de la communauté chinoise d’origine «  hakkas », de toute l’île cette fois, fut organisée. Elle a permis le début de la construction d’un bâtiment en béton servant principalement à l’enseignement, en plus de la maison en bois existante.

Les travaux ont duré environ 2 à 3 ans.


Accessoirement, le rez-de-chaussée du nouveau bâtiment servait de lieu de réceptions aux membres de la communauté qui désiraient y célébrer des fiançailles ou un mariage, fêter un anniversaire, organiser un bal, etc….

Plusieurs présidents du PANTHERES CLUB se sont mariés dans cette salle, notamment :

  • TSANG KING SANG Gabriel
  • SIN LEE SOU Raphaël
  • CHANE PANE Emile
  • SIN LEE SOU Maurice
  • HAN HUEN CHONG Marie Jeanne


13 juin 1961 mariage de SIMJEE benoît  ……

(photo)

Le 23 octobre 1968, mariage de SIN LEE SOU Maurice, devenu président du PANTHERES CLUB de 1989 à 1991 ; le repas a été préparé par le restaurant « le pékinois » nouvellement créé, venu spécialement de Saint Denis pour l’occasion.


Anniversaire traditionnel fêté en famille.


Aujourd’hui, cette salle est utilisée à d’autres fins ( cours de danse chinoise, de danse moderne, de Taï Chi, pratique du ping pong etc… )

En 1954, pour des raisons administratives, toutes les équipes disputant un championnat quelconque étaient tenues d’avoir leur statut ou être affiliées à une association. C’est ainsi que l’équipe de l’école franco chinoise s’affilia au club omnisport de la Jeunesse Sportive Saint Pierroise. De ce fait, elle bénéficia du terrain des casernes, car jusqu’à cette date, les matchs se déroulaient sur le terrain caillouteux en face du cinéma « REX ».

Au fil des années, une conséquence de l’intégration de la communauté chinoise fut la fermeture des écoles franco chinoises les unes après les autres. Celle de Saint Pierre fut la dernière à fermer définitivement ses portes en 1956.

Malgré l’arrêt de l’enseignement, les anciens élèves continuèrent à occuper les locaux pour se rencontrer et faire du sport, principalement du basket..

Le 15 avril 1956 le basket est né officiellement par la fondation de la «  Ligue de Basket Ball » qui se transformera ensuite en «  Région Fédérale ».

Pendant une dizaine d’années, et jusqu’en 1964, l’équipe de basket alors connue sous la dénomination «  Jeunesse sportive Saint-Pierroise – section basket » , s’est donc entraînée et jouait sur le terrain communal des casernes. C’est durant cette décennie que le basket a vu l’arrivée de « vedettes » mauriciennes, telles que les dénommés « AH SAOU » dans l’équipe de Saint Pierre, ou encore  « JERRY » au Tampon.

Pour s’entraîner sur le site de la rue Désiré Barquisseau, les joueurs prirent alors en charge la construction d’un terrain de basket.

Terrain de basket sur la droite

Deux ans plus tard, en 1966, ce même noyau de volontaires fonde l’association du « PANTHERES CLUB »

Le terrain sise au 22 rue Désiré Barquisseau est un patrimoine de la communauté chinoise du sud de la Réunion.

Les générations à venir doivent continuer à l’entretenir pour que notre communauté continue à bénéficier de ce patrimoine acquis et bâti à la sueur du front de nos aînés.



 

Précédent